Home > Infos utiles > Quelle est la durée maximale d’un arrêt maladie ?

Quelle est la durée maximale d’un arrêt maladie ?

Arrêt maladie revenus

Votre médecin vous prescrit un arrêt de travail et vous vous interrogez sur la durée de vos revenus de substitution. Entre indemnités journalières, compléments de revenu et durée maximale de l’arrêt maladie, on vous dit tout.

Quelles indemnités journalières en cas d’arrêt maladie ?

Que vous soyez salarié à temps plein ou partiel, sachez que l’indemnité journalière (IJ) versée par l’Assurance maladie équivaut à 50 % du « salaire journalier de base ». Il s’agit de la moyenne des salaires bruts des 3 derniers mois, avec un minimum de 150 heures.

En cas d’activité discontinue ou saisonnière, la référence devient la moyenne des salaires bruts des 12 derniers mois, avec un minimum de 600 heures. Plafonnée toutefois à 1,8 fois le SMIC (soit 45,55 €/jour en 2020), l’IJ est versée tous les 14 jours après un délai de carence de 3 jours (sauf en cas de maladie professionnelle).

Quelle est la durée maximale d’un arrêt maladie ?

Si l’arrêt maladie se prolonge au-delà de 6 mois sans interruption, le versement de l’indemnité journalière longue maladie prend le relais. Attention, cela est valable uniquement si le salarié avait travaillé au moins 600 heures depuis au moins 12 mois. Seul le médecin traitant peut évaluer la durée nécessaire d’un arrêt maladie.

Burn-out, dépression, cancer… Pour certaines affections dites de longue durée (ALD), cette durée peut atteindre 3 ans. Au-delà, l’IJ cesse et le recours à une pension d’invalidité s’impose. Sachez par ailleurs que votre employeur doit compléter les IJ perçues pendant votre arrêt maladie.

En règle générale, ce salaire, IJ comprises, équivaut à 90 % de la rémunération brute pendant les 30 premiers jours. Cela descend ensuite à 66,66 % à partir du 31e jour consécutif.

Arrêt maladie durée

Ma Complémentaire santé peut-elle compléter mes revenus ?

Vous l’avez compris, en situation d’arrêt maladie, qui plus est de longue durée, les revenus du salarié baissent. De plus, l’Assurance maladie se désengage de plus en plus sur le remboursement des médicaments et autres dépenses associées. Seule une prévoyance complémentaire peut garantir un complément de revenu convenable.

La plupart des entreprises cotisent à une caisse de prévoyance. Il suffit de la contacter. Si cette solution n’est pas satisfaisante, vous devez vous adresser à votre Caisse complémentaire individuelle. Vous devez toutefois avoir souscrit à la clause prévoyant le versement de revenus complémentaires en cas de maladie ou d’accident du travail.

Si votre mutuelle prévoit une telle clause, alors le relais est assuré. Parce qu’une maladie ne prévient pas, il faut la prévenir si l’on veut assurer la continuité de ses revenus !

Leave a Reply